Press

Heritage fusionne avec Sallfort

L'Agefi

Après un an de pourparlers avec la famille Barth, propriétaire de Sallfort Privatbank, créée en 1981 et basée à Bâle et à Zurich, Marcos Esteve, CEO de Banque Heritage a annoncé hier la clôture de la fusion avec son confrère suisse alémanique.

Après un an de pourparlers avec la famille Barth, propriétaire de Sallfort Privatbank, créée en 1981 et basée à Bâle et Zurich; Marcos Esteve, CEO de Banque Heritage annonce mardi la clôture de la fusion avec son confrère suisse alémanique, qui sera effective le 3 janvier 2019, suivie par une intégration informatique et opérationnelle au cours du premier semestre 2019.

Banque Heritage (Finma catégorie 4), fondée en 1986 à Genève, conserve le nom et la majorité actionnariale (avec 80% détenue par la famille Esteve, dont la ixième génération est composée de 7 frères et sœurs, dont Carlos, ex CEO et actuel Vice-Président). Elle maintient les 28 collaborateurs de Sallfort Privatbank (Finma catégorie 5), dont son directeur général, Johannes T. Barth, issu de la neuvième génération de la famille Ce dernier sera le futur directeur général adjoint de Banque Heritage, dans laquelle sa famille détiendra 20% des parts.

Les deux familles – Barth et Esteve – partagent la connaissance du négoce de matières premières, le houblon et le coton, café, cacao; respectivement et une certaine passion pour l’art. Un Chinese wall sépare ces deux domaines de l’activité principale de private banking des deux boutiques, en cours d’alliance.

Poursuite de l’expansion auprès de la clientèle suisse

Avec cette fusion, Banque Heritage, qui gèrera 6 milliards de francs d’actifs sous gestion, poursuit son expansion auprès de la clientèle privée suisse, qui représente 20%, mais 50% pour Sallfort Privatbank à laquelle s’ajoute une importante clientèle allemande. Il y a une similitude dans l’origine géographique des clientèles des deux établissements. Plus de 90% de la masse sous gestion proviennent de 10 et 20 pays, chez Sallfort Privatbank et Banque Heritage, respectivement. Absent en Asie, depuis la  fermeture fin 2013 de son bureau à Singapour ouvert en 2009, Banque Heritage – dont le portefeuille client moyen atteint 2 millions de francs – gère 40% de clients en Europe de l’ouest; 15% au Moyen-Orient & Afrique; 15% en Amérique Latine et 10% en Russie, en sus de ses 20% en Suisse.

Banque Heritage, qui a participé au programme américain en catégorie 2, a régularisé sa situation et payé une amende 3,8 millions de francs, soit un montant in fine nettement inférieur à la provision de 7,4 millions de francs. Quant à Sallfort Privatbank, elle n’a pas participé au programme américain. «Avec le recul, la Suisse n’aurait pas dû participer à ce programme américain. La Finma nous a vivement conseillé d’y participer. Aujourd’hui en Suisse, on ne peut pas diriger une banque et détenir la nationalité américaine», estime Marcos Esteve, qui a renoncé à sa nationalité américaine en 2016.

Si Marcos Esteve déclarait il y a deux ans vouloir doubler sa masse sous gestion via la croissance externe, il affirme qu’aujourd’hui, il ne poursuit plus cet objectif stratégique, suite à la fusion avec Sallfort Privatbank. Un asset deal n’est pas non plus à l’ordre du jour.

«Banque Heritage n’était pas intéressée lorsqu’une banque de la place genevoise se séparait de 600 clients pour une masse d’actifs gérés de 600 millions de francs. Aujourd’hui, un montant de 20.000 francs par compte est demandé par le repreneur pour le rachat d’un large portefeuille ventilé entre de très nombreux petits clients disséminés sur plus de 100 pays. Je vous laisse imaginer le KYC pour un établissement de petite taille comme le nôtre. Ce qui importe c’est le facteur de différenciation car l’écart de performance dans l’industrie varie entre 1 et 3% seulement», explique Marcos Esteve, qui compte faire la différence dans les produits diversifiés, comme le trade services (limités aux confirmations de L/C), l’advisory ou le private equity (Sallfort Privatbank gère des investissements directs private equity, spécialisés dans la technologie).

Fonctionnement en architecture ouverte

Banque Heritage fonctionne en architecture ouverte, sans produits maison, à l’exception d’une SICAV au Luxembourg. «Sous la pression de la Finma, nous avons clôturé un tiers des relations sans impact sur la masse. Même si toute l’industrie a subi cette pression, je perçois un regain de confiance pour la qualité de la place financière genevois et suisse», résume le CEO. 

Maintien du siège social à Genève

Le conseil d’administration sera présidé par Paul-André Sanglard (président) et Carlos Esteve (vice-président). Le Comité exécutif sera présidé par Marcos Esteve en qualité de directeur général et Johannes T. Barth en tant que directeur général adjoint. Le siège social restera à Genève. Employant des équipes de 120 personnes en Suisse, les bureaux de Zurich, Bâle et Sion intensifieront la présence de Banque Heritage en Suisse, mais aussi ses opérations mondiales.

L'Agefi - Heritage fusionne avec Sallfort - November 2018

November 07, 2018